Le salon Empire

Les salles d’exposition au deuxième étage documentent le changement de la mode au début du 19ème siècle. Comme dans l’architecture classique, les formes des meubles et de l’aménagement de l’intérieur changèrent aussi. Des formes symétriques rigides, rappelant les ornements antiques, ainsi que les matériaux précieux, remplacèrent les formes courbées du rococo. Le grand secrétaire avec carillon intégré représente le style Empire. La forme alignée et simple du meuble est rendue plus légère à l’intérieur du tiroir d’écriture, grâce à la marqueterie en différents bois qui donnent l’illusion d’un espace en perspective. Au-dessus d’un ensemble de meubles, composés d’un divan, d’une table et de sièges, se trouve un portrait de famille de la fin du 19ème siècle. Il représente les membres de la famille von Coels von der Brügghen habillés selon le goût du temps. D’autres portraits montrent le médecin curiste Dr. Gerhard von Reumont (né en 1765 et mort en 1828) et sa femme.

A l’intérieur de la table qui fait vitrine, différents éventails et sacs brodés de perles y sont exposés. Ces accessoires, ainsi que des « portes-bouquets » luxueusement décorés, appartenaient à la tenue élégante des dames nobles aux alentours de 1820, avec leurs coiffures tressées. C’est-à-dire de longues robes en lourds tissus de velours, avec des cols pointus et des noeuds, complétées par des gants de soie. Ces traditions vestimentaires sont illustrées dans les portraits de l’élève de Jacques Louis David, Johann Baptist Bastiné (né en 1783 et mort en 1811), ainsi que d’autres artistes de l’époque.

Le jeu de cartes, illustrant des soldats français, est un témoignage de la période d’occupation napoléonienne, laquelle influença de façon considérable la civilisation rhénane. Non seulement la mode française peut être retrouvée dans les portraits et illustrations du début du 19ème siècle, mais aussi des traces de l’ancienne langue administrative française que le langage rhénan a pu conserver jusqu’à nos jours